L i f e i s b e a u t i f u l

L i f e i s b e a u t i f u l
ce dont on manque

"Ce qu'on a pas, ce qu'on n'est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l'amour." Platon


ce dont on manque
ce dont on manque

ce dont on manque

vendredi 29 janvier 2010

Ecailles imaginaires...



Pouvoir de l'imagination m'emmène loin
Pouvoir de l'imagination m'emmène loin
à la vue de ces simples bouts de carton,
de peinture écaillée, de fil de fer grillagé...
Et puis, avec mon imaginaire,
je m'envole avec mon imagination
dans un autre monde face au monde de la réalité.










Les jungles

Sous l'herbe haute et sèche où le naja vermeil
Dans sa spirale d'or se déroule au soleil,
La bête formidable, habitante des jungles,
S'endort, le ventre en l'air, et dilate ses ongles.
De son mufle marbré qui s'ouvre, un souffle ardent
Fume ; la langue rude et rose va pendant ;
Et sur l'épais poitrail, chaud comme une fournaise,
Passe par intervalle un frémissement d'aise.
Toute rumeur s'éteint autour de son repos.
La panthère aux aguets rampe en arquant le dos ;
Le python musculeux, aux écailles d'agate,
Sous les nopals aigus glisse sa tête plate ;
Et dans l'air où son vol en cercle a flamboyé,
La cantharide vibre autour du roi rayé.
Lui, baigné par la flamme et remuant la queue,
Il dort tout un soleil sous l'immensité bleue.

Mais l'ombre en nappe noire à l'horizon descend,
La fraîcheur de la nuit a refroidi son sang ;
Le vent passe au sommet des herbes ; il s'éveille,
Jette un morne regard au loin, et tend l'oreille.
Le désert est muet. Vers les cours d'eau cachés
Où fleurit le lotus sous les bambous penchés,
Il n'entend point bondir les daims aux jambes grêles,
Ni le troupeau léger des nocturnes gazelles.
Le frisson de la faim creuse son maigre flanc
Hérissé, sur soi-même il tourne en grommelant ;
Contre le sol rugueux il s'étire et se traîne,
Flaire l'étroit sentier qui conduit à la plaine,
Et, se levant dans l'herbe avec un bâillement,
Au travers de la nuit miaule tristement.

Charles-Marie Leconte de Lisle



"L'imaginaire et le réel 
sont deux lieux de la vie."
Jacques Lacan

10 commentaires:

K'line Bloom a dit…

Nous nous protégeons, nous cachons derrière nos écailles, nos écorces et autres carapaces...
Mais il suffit de ressentir un peu de sincérité pour avoir envie de se livrer à nu...
L'imaginaire habille la réalité...surtout après quelques verres de tise'TM) !
K'line

Chapa a dit…

Trés beau.

Roxana a dit…

j'ai beaucoup aime la serie des boites aux lettres, mais celle-ci me coupe le souffle: une veritable meditation sur l'ecoulement du temps et la fragilite de la matiere, de notre chair. j'adore les nuance sepia et le petit flocon argente suspendu dans l'air, il est bien irrel!

je te souhaite un week-end merveilleux, cher Jeff...

Owen a dit…

Visiblement tu as trouvé un véritable décharge public de l'imaginaire... un dépot de tout ce qui peut servir à celui qui est capable de voyager loin dans les royaumes de décrepitude... et tout ce que je peux dire est : bravo... chapeau bas, j'enleve mon chapeau pour saluer un cavalier partenaire d'esprit qui ne se détourne pas devant les fonds rouillés, écaillés, en décomposition, au fond des tiroirs de l'histoire, oubliés, cachés, perdus, visibles uniquement à ceux qui ont l'oeil susceptible à être ému par ces objets, l'oeil apte à voir la magie cachée ou d'autres ne voient que d'ennui et se détournent pour aller flaner ailleurs... continuer, stp, continuer...

jeff a dit…

K'line,
aurais-tu besoin de quelques verres de tise comme tu le dis pour avoir de l'imagination ou pour voyager avec ton imaginaire ?... j'en doute ! Moi ?... Je suis allongé sous le tonneau, le robinet grand ouvert !...
Voyons K'line !... L'imaginaire est ce qui nous habille pour reprendre encore tes mots et... comment ferions-nous pour tout simplement "exister" sans avoir "une part" d'imaginaire pour "habiller" le quotidien, notre regard ainsi que nos rêves ?...:)

Bises belle K'line...;)
Encore un vers ?...

jeff a dit…

Merci Chapa ! Au moins, ça a le mérite d'être clair !... et ça fait toujours plaisir...!...;)

Amitiés !

jeff a dit…

Roxana,
nous sommes tous de petits flocons suspendus dans le temps...:)
Je trouve que, après avoir un long moment montré des "images" colorées... je peux montrer des "images" différentes, autres... suggérer qu'il y a du beau dans ce qui peut paraître noir ou désolé !...

Bises Roxana adorée !...;)

jeff a dit…

Owen,
à mes yeux, les "choses" usagées, les objets posés dans un coin, le "vrac", le vide, le rien, peut devenir matière à être exploité pour parler de tant de sujets...
Quand je parle de rien et de vide, je ne parle pas de néant ! Evidemment !...;)
Je sais que tu adores ( je crois ! ) les objets rouillés, les objets insolites, alors... tu vois, j'ai exposé un coin de ma chambre aujourd'hui 30 janvier pour te faire plaisir !...:)

Ciao Amigo !
A bientôt !...;)

Owen a dit…

C'est ta chambre ??? Et ton lit... des fils de fer barbelés ?

jeff a dit…

Owen,
mais comment le sais-tu ?...
Je me disais aussi... ça me gratte dans le dos à chaque fois que je suis couché ! Couché sur le côté, les yeux vides, le regard mouillé, pour regarder les brumes se lever telles des fumées s'élevant de longues cheminées !...:(

Amitiés...:|