L i f e i s b e a u t i f u l

L i f e i s b e a u t i f u l
ce dont on manque

"Ce qu'on a pas, ce qu'on n'est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l'amour." Platon


ce dont on manque
ce dont on manque

ce dont on manque

mardi 22 décembre 2009

Life is Noël... 2010 sera beautiful !








Passez toutes et tous de bonnes et joyeuses fêtes...!
Merci pour tous vos commentaires, petits mots et clins d'oeils amusés...
Life is beautiful et will be always beautiful...!
Pfffffff ! Bon, allez... Tais-toi !

lundi 21 décembre 2009

A voir !...

Peru - Pradeboni ( Piémont italien )


A voir...! J'aimerais tant me ballader sur ce chemin qui mène au village
pour prendre tranquillement le temps de laisser s'envoler ma réflexion et mes pensées...
Mais là, ce n'est juste qu'une photo, et j'allais dire, une illusion !
Si vous me voyez revenir par le virage qu'il y a en haut, à droite,
c'est qu'alors l'illusion est bien réussie...
ou que l'élasticité de ma racine n'est pas assez longue !
Alors... A voir !


"Croire ne plus avoir d'illusion est la plus naïve des illusions."
Albert Brie

dimanche 20 décembre 2009

Mise à nu...





Aux flammes venant du ciel,
Feu, rayons du corps soleil
Pose sa main et caresse,
Doucement avec tendresse
Voile bleu sur le bassin,
Lignes pures d'un dessin,
Dévoile corps à ma vue
Comme glace mise à nu.

























"Le silence est comme une nudité de l'âme,
qui s'est libérée de la parure des mots."
Dominique Fernandez

samedi 19 décembre 2009

Revoir ?...


Peru - Pradeboni ( Piémont italien )



Voir, pas voir, revoir, au revoir, etc...
Je peux en faire longtemps dans ce genre de trucs bidules machins choses !...
Je crois que "mon" Italie me manque et la simple vue de ce chemin
m'emmène loin, très loin, vers les montagnes des Alpes.
Je me demande si, à force de créer des liens un peu partout, là où on va,
là où on se sent bien, là où on vit, on ne laisse pas, aussi, quelques racines ?
Mais c'est quoi des racines au juste ?
Etre né quelque part et y avoir vécu,
ou bien, là, où nous construisons, tissons notre devenir ?
Mais je m'en pose bien des questions !
Et pour vous, c'est quoi vos racines ?



"L'amour, une fois qu'il a germé,
donne des racines qui ne finissent plus de croître."
Antoine de Saint-Exupéry

vendredi 18 décembre 2009

Pas voir !


Tetti sottani - Pradeboni ( Piémont italien )


Comme il est bien malin mon ami Nanni, mon vieux collègue italien !
Il est arrivé à faire pousser sa vigne jusqu'à sa fenêtre
pour n'avoir qu'à tendre la main et manger quelques raisins !...
A cette heure, la prairie doit être recouverte de neige
et de la fumée doit s'échapper de la cheminée ainsi que de toute la vallée.
Voilà un homme, libre !


"Nous sommes libres
parce que nous sommes des singularités
nées au hasard de l'histoire et du désir."
Julia Kristeva

jeudi 17 décembre 2009

Voir








"Connaître, ce n'est point démontrer, ni expliquer.
C'est accéder à la vision."
Antoine de Saint-Exupéry

mercredi 16 décembre 2009

Cachés...








Le secret

Sur le chemin près du bois
J'ai trouvé tout un trésor
Une coquille de noix
Une sauterelle en or
Un arc-en-ciel qu'était mort.

A personne je n'ai rien dit
Dans ma main je les ai pris
Et je l'ai tenue fermée
Fermée jusqu'à l'étrangler
Du lundi au samedi.

Le dimanche l'ai rouverte
Mais il n'y avait plus rien
Et j'ai raconté au chien
Couché dans sa niche verte
Comme j'avais du chagrin.

Il m'a dit sans aboyer :
« Cette nuit, tu vas rêver. »
La nuit, il faisait si noir
Que j'ai cru à une histoire
Et que tout était perdu.

Mais d'un seul coup j'ai bien vu
Un navire dans le ciel
Traîné par une sauterelle
Sur des vagues d'arc-en-ciel !


René De Obaldia










"Personne ne garde un secret comme un enfant."
Victor Hugo

mardi 15 décembre 2009

Une fleur...




Une fleur... pour une tendre fleur !
Bises K'line...:-)

"La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité."
Paul Claudel

lundi 14 décembre 2009

Un rayon vérité...









Eternel et éphémère

Nous nous offrions l’éternité.

Mes yeux ont la vue de ton regard, ensoleillé,
Tendre et doux sourire, je ne peux t’oublier ;
Les oiseaux se sont bel et bien envolés, loin,
Et la terre ne s’est point arrêtée de tourner ;
T’ai-je à nouveau aperçu dans l’œil de l’été,
Du printemps, dans un champ d’écoliers ?…
Bien des feuilles ont chantés les saisons, sont tombées,
Mais en vérité, souvent, tu m’as manqué ;
Parfois, face au soleil, enveloppé de clarté,
Vient s’éveiller sur mes lèvres comme un goût, sucré,
Saveur, caresse que je ne peux effacer ;
Nous avons échangé une fois, un regard, en mai,
Et avons vu deux enfants qui se souriaient !
Le temps s’est alors suspendu, comme figé ;
J’ai senti alors la douceur de ta main,
Désormais résignée, à ne point se lever ;
Mais mon coeur tape toujours, encore, à ma tête,
Et je me souviens à jamais de ton prénom ; Sylvette !










"L'oeil.
En lui, il y a l'âme, il y a l'homme qui pense, l'homme qui aime,
l'homme qui rit, l'homme qui souffre !"
Guy de Maupassant

dimanche 13 décembre 2009

Une fleur et un baiser...







Eternel et éphémère
...
Vérité.

Je me souviens de ton prénom dans cette clarté,
Fleur aux sentiments doux comme la rosée,
Contre toi, allongé, le menton dans l’herbe,
Ventre appuyé à la surface de la terre ;
Nous regardions le monde et sa lumière,
Infini offert à notre pensée, d’un même regard bleuté ;
Tu as prononcé quelques mots, syllabes d’amour osé
Et pris mon bras à ton cou pour écouter mes rêves !
Les yeux tournés vers le ciel doré, nous écoutions :
Battements de soleil aux parfums orangés,
Mélodie de chants d’oiseaux s’envoler,
Voir la terre tourner et nous, l’arrêter ;
Tes cheveux dans mes yeux m’ont suppliés,
Comme caresse, approcher nos lèvres pour un doux baiser,
Simple, à mon visage éclairé par ta lumière,
Je me souviens de ton prénom dans cette clarté
Comme simplicité et vérité,
Nous nous offrions l’éternité.













"Tant qu'il y aura des yeux reflétant les yeux qui les regardent ;
tant qu'une lèvre répondra en soupirant à la lèvre qui soupire ;
tant que deux âmes pourront se confondre dans un baiser,
il y aura de la poésie !"
Gustavo Adolfo Bécquer

samedi 12 décembre 2009

Lumière, clarté...






Lanterne en pleine lumière...


Eternel et éphémère

Regard tourné vers cette lanterne, rouge force de lumière,
Fleur de douceur, comme douce et tiède enfance,
Je me souviens de couleurs, parfums de sentiments framboises
Ecarlates et vifs comme passion et douleur ;
Un amour éclaire mon visage de sa douce lumière,
Chaleur de souvenirs au goût sucré et acide,
Clarté de pain d’épice et d’après-midis amusés,
Au soleil ton parfum s’évapore à mon nez ;
Je me souviens de ton prénom et tes cheveux,
Fils de soie effleurent mon front, mes joues,
Rire citron qui pétille et me pique vert anis...
Nous nous échappions en courant de l’école,
Ta main dans la mienne, vivre de moments éphémères

Avec force lumière envahissent maintenant mes pensées.
Ephémère devenu éternité, vérité,
Dans la lumière je retrouve ta clarté
Comme simplicité, je me souviens de ton prénom
Vérité.


...


"L'apparence requiert art et finesse ;
la vérité, calme et simplicité."
Emmanuel Kant

vendredi 11 décembre 2009

Une nouvelle porte !


Entrée du Palais de La Bahia à Marrakech


...Imaginer, penser, rêver à ce qu'il y aura demain,
alors que c'est encore aujourd'hui !...
L'avenir est pourtant en marche depuis longtemps...

"Il y a toujours dans notre enfance,
un moment où la porte s'ouvre et laisse entrer l'avenir."
Graham Greene

jeudi 10 décembre 2009

Un nouvel ailleurs...


Passage dans une rue de Chiusa di Pesio - Piemont italien


De portes en passages, j'avance...
Imaginer, penser, rêver à ce qu'il y aura demain,
alors que c'est encore aujourd'hui !


"L'avenir n'existe qu'au présent."
Louis Scutenaire

mercredi 9 décembre 2009

Pause "Nescafé" !

Un café... à Marrakech...!

mardi 8 décembre 2009

Un mur !





"L'amour est une catastrophe magnifique :
savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même."
Frédéric Beigbeder

lundi 7 décembre 2009

L'oeil vers les cieux...





Bras tendus vers les nuages,
Pour implorer les cieux,
Pour écarter l'orage,
Des larmes plein les yeux ;

Dernières feuilles, pages
D'écriture pour saison,
Je pleure mon âge ;
Partir sans raison










Comme flotte en surface,
Pour un nouvel exode
Je cherche ma place
Va, viens, tourne et rôde ;

L'automne est terminé !
Dois-je encore survivre
Aller et continuer ?
Mais déjà tu me livres...

La pluie tombe et me chasse,
Moi, feuille de mon arbre,
Tu m'oublies et m'effaces
Froid comme marbre ;








Voile, nuages d'hiver,
Se ferment à mon oeil
A mon simple univers
Suis-je dernière feuille ?

Toi, mon seul arbre
J'attends la saison
Enfin, sortir mon sabre
Me battre à l'horizon :

Du printemps je rêve !
Mais dans cet exode,
Il n'y a point de trêve
Entendras-tu mon ode ?








"L'oeil...
Tout l'univers est en lui,
puisqu'il voit, puisqu'il reflète."
Guy de Maupassant

Escargots !






Trois escargots

J’ai rencontré trois escargots
Qui s’en allaient cartable au dos

Et dans le pré trois limaçons
Qui disaient par coeur leur leçon.

Puis dans un champ, quatre lézards
Qui écrivaient un long devoir.

Où peut se trouver leur école ?
Au milieu des avoines folles ?
Et leur maître est-il ce corbeau
Que je vois dessiner là-haut
De belles lettres au tableau ?

Maurice Carême


"L'homme est comme l'escargot :
le chemin qu'il doit prendre pour arriver jusqu'à lui-même est tortueux."
Stanislaw Jerzy Lec