L i f e i s b e a u t i f u l

L i f e i s b e a u t i f u l
ce dont on manque

"Ce qu'on a pas, ce qu'on n'est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l'amour." Platon


ce dont on manque
ce dont on manque

ce dont on manque

vendredi 1 avril 2011

Adieu !

Adieu !





Adieu ! je crois qu’en cette vie
Je ne te reverrai jamais.
Dieu passe, il t’appelle et m’oublie ;
En te perdant je sens que je t’aimais.

Pas de pleurs, pas de plainte vaine.
Je sais respecter l’avenir.
Vienne la voile qui t’emmène,
En souriant je la verrai partir.

Tu t’en vas pleine d’espérance,
Avec orgueil tu reviendras ;
Mais ceux qui vont souffrir de ton absence,
Tu ne les reconnaîtras pas.

Adieu ! tu vas faire un beau rêve
Et t’enivrer d’un plaisir dangereux ;
Sur ton chemin l’étoile qui se lève
Longtemps encor éblouira tes yeux.

Un jour tu sentiras peut-être
Le prix d’un coeur qui nous comprend,
Le bien qu’on trouve à le connaître,
Et ce qu'on souffre en le perdant.

Alfred de Musset


26 commentaires:

Avignon a dit…

Très beau poème... dont il manque le dernier vers.

Michel Benoit a dit…

Es-tu sur la photo ???

jeff a dit…

Merci Alfred ! Au moins une personne qui suit !
"[...]
Et ce qu'on souffre en le perdant."

Oui, je suis sur cette photo !

Merci Michel...

Michel Benoit a dit…

Lequel ? Lequel ?

Loulou a dit…

tu es celui qui compte les coquelicots

Nathalie a dit…

J'aime énormément ce poème d'Alfred de Musset.

Est-ce une de tes petites amies d'enfance qui a rejoint le pays d'où l'on ne revient pas ?

non je ne suis pas sur la photo a dit…

Copains d'avant bonjour !

Nathalie a dit…

Le premier avril a de ces passages obligés, on cherche ici l'entourloupe. Pourtant je doute qu'il y en ait une...

Ils sont bien bébés encore, ces petitous : petite section de maternelle ?

jeff a dit…

Non Nathalie,
ce n'est pas un poisson d'avril mais juste une photo de classe de maternelle sur laquelle je me trouve... en 67 ou 68 ?
Juste une photographie qui n'est pas empreinte de nostalgie mais qui est là pour revendiquer mes origines et protéger en quelque sorte ma page des intrusions d'autrui qui n'ont que la haine comme ciment pour construire !
Je ne cherche pas des copains d'avant comme le dit l'anonyme car je sais où se trouvent toutes celles et tous ceux qui sont sur cette photo ! Nous nous retrouvons parfois dans notre petit village et prenons les seaux et les pelles pour remuer le sable des souvenirs de notre école communale !
La bêtise humaine me fait parfois peur et même si cette démarche est naïve, égocentrique, futile voire débile... cette photographie est là pour dire que la vie doit être quelque chose de simple et même de simpliste !
Non Loulou, je ne cherche pas encore les coquelicots, mais avec mes ami(e)s, nous avions nos garrigues pour découvrir le monde et apprendre les valeurs toutes simples de l'amour et de l'amitié !
Pas besoin à cette époque de réseau social, de facebook, Blogger pour communiquer pour des enfants de simples viticulteurs... Juste l'air des champs et beaucoup de naïveté que je revendique encore aujourd'hui... ainsi que mes racines plongées loin dans la terre !

Je vais essayer désormais de faire des commentaires moins longs, moins lourds, plus conformistes !

Merci pour votre indulgence ( parce que j'ai l'air de faire un truc pathétique mais ça en est bien loin ! ) et d'avoir pris le temps de lire ces quelques mots !

Bon... Ca, c'est fait !...:)

Merci à vous trois Nathalie, Loulou, Michel...:)
A bientôt...

Kat Imini a dit…

Bonsoir Jeff, je passais par là, comme souvent, je ne crois pas que tes commentaires soient lourds ou conformistes, ils sont tes mots et ce que tu as envie de dire. J'avoue que je suis parfois surprise par ce que ces nouveaux réseaux sociaux révèlent de l'incapacité de l'être humain à faire simple et honnête. Mais bon, l'essentiel est ailleurs, dans la nature entre autres.

Céline a dit…

Quelle chance de savoir où sont ceux qui ont partagé ton enfance ! Des racines profondes, c'est important, et savoir qu'on peut retourner à la source encore plus...

jeff a dit…

Kat Imini,
je ne sais pas si l'essentiel est dans la nature !
Il s'agit que sur ces réseaux dits sociaux, on y trouve aussi la pauvreté de l'âme humaine qui exprime sa haine et sa misère...
Céline, des racines, profondes ou pas, je crois que chacun a les siennes... Et l'enfance peut être ce socle qui permet de faire tenir tout l'édifice...
Merci à toutes les deux, Kat Imini et Céline...:)

Owen a dit…

J'arrive tard, mais pas si tard, pas si tôt non plus, bref, peu importe, par contre j'ose espérer que cet "adieu" n'est pas un adieu de toi vers nous, nous tes lectrices et lecteurs et visitors et observateurs, ceux que tu fais ruminer par la profondeur de tes réflexions et la beauté de tes images....

Juste un "adieu" poétique envers le passé ? Vers le perdu ? Vers l'enfance ?

Je trouve que nous sommes en train de perdre beaucoup en ce moment, à une vitesse. Des illusions peut être, qui partent en fumée, mais qui partent quand même. A voir ce qu'on trouve une fois la fumée dissipée.

Bon dimanche pix pal...

jeandler a dit…

Le temps de l'innocence retrouvé
tous les possibles en gésine.

jeff a dit…

Owen,
Je ne sais pas ce que nous perdons en ce moment ? Une heure de sommeil depuis la semaine dernière ?...:) Et les brouillards matinaux sont, du coup, plus difficiles à dissiper ! ! !...:)

Jaendler,
tous les possibles en gésine... J'ai découvert une expression que je ne connaissais pas ! Mais il y a des possibles qui doivent rester toute une vie en gésine j'imagine !...:)
Excellent dimanche !

clo a dit…

jeff...
j'ai vraiment pensé un instant que tu avais l’intention de nous quitter..et je suis heureuse qu'il n'en soit rien...sans toi tout cela serait franchement moins savoureux..moins , bien moins chaleureux...et surtout ne change rien a ta façon de commenter nos articles ou photos,cela fait vraiment partie de toi,tes authentiques coups de gueule ou de coeur...c'est comme tes photos, vraies ,sensibles, émouvantes...ne change rien ou presque...:o)
Et maintenant question de curiosité féminine lequel de ces petits bambins peux tu être...le petit debout a gauche avec une blouse a carreaux ,ou bien je ne sais...allez dis nous...:o))
Un bien bel hommage au temps qui est passé...une porte entrouverte pour celui qui reste a venir...
"Il y a toujours dans notre enfance, un moment où la porte s'ouvre et laisse entrer l'avenir."
Graham Greene
je t'embrasse Jeff...
bsdx

Marty a dit…

originale cette photo de classe !
on se protège du soleil, on tourne la tête... génial et spontané !!
c'est le même seau que celui de la photo qui sert à remuer les souvenirs? quelle chance de pouvoir
le faire !! parfois les souvenir sont
bien éparpillés !!!
le poème est très beau ! le poids des mots !!!!
Jeff, je te souhaite une belle semaine à venir, remplie de rêves et de couleurs !
bisous

Lilou a dit…

" le prix d'un coeur qui nous comprend"
Il était si léger ce prix, à la lueur de nos 4 ou 5 ans, quand un bonbon pouvait suffire à nous rendre contents..
Alors, sur la photo, je me plais à voyager.. trouver celui qui pourrait te ressembler.
Je te vois, dans mon monde à moi, semblable à celui, toute à droite, au premier rang..
Car il a dans son regard, comme un espoir qui attend.

jeff a dit…

Clo,
quelle importance de savoir où je me trouve sur cette photo ? Je pourrais être n'importe lequel de ces enfants !...:) Non, je ne suis pas celui avec une blouse à carreaux ! ! !...:)))

Clo, nous sommes tous exceptionnels mais exception faite que la haine anime certain(e)s...:)

Bises...




Marty,
c'est toujours le même seau et je m'en sers également pour donner à boire à mes ami(e)s...:)
Je te souhaite également un bonne semaine...:)



Lilou,
pour ce qui est des bonbons, il m'est arrivé de les "piquer" chez l'épicier alors qu'un autre lui faisait la tchatche ! ! !...:)
Merci pour tes mots et ton humanité !
Mais je ne suis pas non plus tout à droite au premier rang !...:)
Bises...

jeff a dit…

Adieu les illusions...
Il vaut mieux ne rien dire,
Et Faire Cemblant !...:)

Lilou a dit…

Jeff, je voulais juste exprimer, qu'à la saveur de tes mots, je te ressentais en moi comme semblable à cet enfant là, "qui a dans son regard comme un espoir qui attend".

Parfois ainsi s'accordent en nous les choses, sans que l'on sâche pourquoi..comme un parfum.

jeff a dit…

Pour attendre Lilou, j'attends...:)
Après, à savoir ce qui s'accorde en nous, sans nous connaitre, juste à travers des mots, des images... peut-être et même certainement ! L'âme, mise ainsi à nu, résonne au plus près de nos sentiments, s'il y a de la sincérité dans nos propos !
Merci pour ton éclairage...:)

lilou a dit…

La sincérité n'est elle pas une manière naturelle d'être..lorsque aucune peur ne nous traverse..et que le parfum de la vie, léger, nous suit.
Alors, à travers toutes nos singularités, nous nous rencontrons, nous rencontrons la vie à travers nos manières de l'exprimer..
Quelle saveur!
C'est ce qui me pousse toujours à venir lire, voir, sentir ici ce quelque chose qui passe comme un silence..porteur de tous les bruits de ce qui bat en nous.
Merci Jeff.

Nathalie a dit…

Je ne t'ai pas bien compris Jeff.

Tu dis "une photographie (...)qui est là pour revendiquer mes origines et protéger en quelque sorte ma page des intrusions d'autrui qui n'ont que la haine comme ciment pour construire".

Tu veux dire que ces ex-petits, qui sont encore tes amis, sont ton rempart d'amitié solide contre les méchants ?

Oui en fait, je peux comprendre. Peut-être que c'est en effet à ça que servent les amis.

En tout cas je trouve drôlement beau que tu puisses dire "je sais où se trouvent toutes celles et tous ceux qui sont sur cette photo ! Nous nous retrouvons parfois dans notre petit village et prenons les seaux et les pelles pour remuer le sable des souvenirs de notre école communale !"

Ca franchement, ça m'épate car moi qui ai beaucoup bougé, je n'ai gardé contact qu'avec un seul de ma classe de maternelle... c'est mon ex beau-frère :-)

jeff a dit…

Nathalie,
je n'ai pas développé car ça je pense que ça n'intéresse personne ! Le sentiment que j'ai en exposant ici quelque chose de mon intimité c'est que je me suis construit avec et grâce à tous ces petits enfants devenus adultes aujourd'hui ! Alors, oui, j'y vois comme une sorte de "rempart", quelque chose de solide contre la connerie de certain(e)s !

jeff a dit…

Un peu infantile tout ça !...:)